I’m freeeeee !

5 mai 2017

Et voilà, j’arrête.

Je quitte mon boulot, les stratégies de comm’ multipliées par onze, les missions événementielles, le community management de masse, les commandes chez Office Dépôt, les 220 employés du Groupe FHB et mes collègues du bureau pour reprendre mon aventure laissée de côté : l’entreprenariat.

C’était une année enrichissante. Courte mais intense.

Entrer dans ce groupe m’a sans conteste fait grandir professionnellement, m’a apporté de nouvelles compétences managériales, stratégiques, humaines, et j’en passe. Humaines surtout avec tous ces responsables qui se démènent pour faire vivre et bouger leur affaire, ces serveurs qui sourient même pendant les jours de pluie, ou encore ces chefs cuisiniers passionnés qui oeuvrent jour après jour pour ravir les papilles des clients.
Je les remercie du fond du coeur pour tout ce qu’ils m’ont appris et pour le temps qu’ils m’ont accordé.
J’ai aussi découvert le milieu de la nuit et des brasseries…
C’était une réelle opportunité pour développer davantage mon réseau, mes connaissances dans le milieu food/nuit, pour découvrir le nombre de spiritueux qu’il existe, pour découvrir des métiers passionnants, pour grandir tout simplement.

Puis j’ai pu apporter ma pierre à l’édifice en apportant un vent de fraîcheur audiovisuel sur l’ensemble des réseaux sociaux, un projet « S****B**** » qui arrive tout bientôt, un super Mannequin Challenge by Top Cheval qui a fait parler d’Aedaen, des événements multipliés, des copains importés dans des projets cool, etc. Bref, je ne me suis pas ennuyée !

***

Et Boum.

Puis le moment est arrivé. Encore une fois. Le moment où j’ai voulu être ma propre patronne.

C’est drôle… parce qu’en en 2013 je disais déjà la même chose.

J’étais p’tet un peu jeune, un peu insouciante, pas assez expérimentée, un peu trop pressée. Alors je le suis restée, mais à côté de divers CDI et contrats professionnels sécurisants.

Tu as raison, il faut que tu aies un CDI. Au moins tu seras tranquille et puis tu cotiseras, et puis tu auras la sécurité sociale remboursée, et puis un salaire identique tous les mois, et puis, et puis, et puis…

Mais on ne m’avait pas dit : tu seras obligée de faire ce qu’on te demande, tu devras rentrer dans des cases, tu ne seras qu’un pion, tu dépendras de quelqu’un, tu devras coller à l’image de ta boîte, tu devras ci, tu devras ça. Logique finalement.

Je ne regrette en aucun cas toutes ces expériences professionnelles qui ont fait de moi la Emanouela que je suis. Je suis immensément reconnaissante envers tous ces chefs d’entreprise qui m’ont prise sous leurs ailes pendant mon alternance, envers ceux qui m’ont offert un CDI avec toute leur confiance, envers ceux qui m’ont reçue en entretien, envers ceux qui ont voulu me débaucher, envers tous ceux qui m’ont permis de me rendre compte que finalement, j’avais p’tet un vrai potentiel, de vraies compétences.

giphy-downsized (1)Alors après plein de semaines, de mois, d’années de réflexion, de remise en question, de peur de l’aventure entrepreunariale, de confort dans mes boulots sécurisants, je me suis dit qu’à 27 ans, il était temps de prendre le risque.

Je papillone d’une entreprise à l’autre […] et je me rends compte qu’en fait : non, je me suis encore trompée.

Il est force de constater que depuis mes 20 ans je collectionne les expériences professionnelles. Je papillone d’une entreprise à l’autre, à la recherche de « quelque chose« . Ce quelque chose, j’ai toujours l’impression de le trouver et puis au bout de quelques semaines ou quelques mois, je me rends compte qu’en fait : non, je me suis encore trompée.

Il faut quand même savoir que j’ai déjà apporté mes compétences à près de 30 entreprises / mon CV par ici / si on tient compte de mes alternances professionnelles pendant mes études, de mes embauches, ou encore de mes diverses missions en freelance effectuées depuis déjà 4 ans. Et puis, à chaque fois le même constat : je m’ennuie.

Non je ne m’ennuie pas parce qu’il n’y a pas de travail. Je ne m’ennuie pas parce que le job est chiant. Je m’ennuie parce que mon cerveau s’adapte, évolue avec mes missions, mais ne peut pas aller plus loin. Il reste enfermé dans le contexte qu’on lui met à disposition, celui de l’entreprise. Puis il se grise. Et sa créativité disparait petit à petit.

giphy-tumblrJ’ai pendant longtemps pensé que j’étais juste une espèce de chose éphémère qu’on prend dans son entreprise le temps qu’elle opère sa petite magie Emanouelienne et qui devait repartir une fois sa mission remplie. D’ailleurs je pense qu’il y a quelque chose comme ça dans mon profil, dans ma personnalité, dans mes tripes.

Et si notre génération était comme les réseaux sociaux ? 
Ephémère professionnellement ? 

Ce qui me revient toujours c’est : le besoin de défi, l’envie de challenge, le grand mur que je m’oblige à escalader pour voir ce qu’il peut y avoir derrière.

Alors peut-être qu’il est vraiment temps que je me lance. Que je prenne mes cou***** en main et que je me retrouve avec moi-même pour remplir les défis qui me font kiffer.

Je fais rien, je pense à moi.

Pour la première fois depuis mes 9 ans de vie professionnelle, je vais ESSAYER de prendre deux mois de « je fais rien, je pense à moi » qui sont, selon moi, indispensables, plus que nécessaires à la préparation de mon aventure.

Cela va passer par plusieurs étapes comme le voyage, le sport, la méditation, la qualité de vie (sommeil, alimentation). Mais aussi, et avant tout : passer du temps avec les êtres aimés. Ceux sans qui je n’aurais jamais eu le courage de prendre cette décision. Ils se reconnaitrons. 🙂

Merci du fond du coeur.

D’ailleurs je commence par un grand voyage au Canada (Montréal, Parc de la Mauricie, Trois Rivières, Québec) et aux USA à New-York pendant deux semaines en juin ! Si vous avez des adresses à me conseiller, je suis toute ouïe ! 🙂

Capture d’écran 2017-05-09 à 11.46.14

Trajet du roadtrip

Montréal > Parc de la Mauricie
Mauricie : parc national, grands lacs
Mauricie > Québec
Québec > Montréal
Montréal > New-York
New-York > Montréal

***

T’es folle de partir, pourquoi tu fais ça oh my gosh ?

Je trouve que c’est un article hyper égocentrique, hyper « moi je », hyper donneur de leçons, hyper relou pour les gens qui voulaient que je leur explique que je quitte tout pour faire le tour du monde (un autre rêve que je réaliserais quand j’aurais trouvé encore une paire de cou***** parce qu’il faut aussi du courage pour ça).

Alors non, cet article a été écrit pour répondre à ces questions :
– Mais attends, t’avais un job de rêve, y a de gens qui auraient tué pour l’avoir, t’es folle de partir, pourquoi tu fais ça oh my gosh ?
– Euuuuuh enfin tu vas faire quoi ? parce que bon… l’entreprenariat c’est pas pour tout le monde quoi… t’es sûre de toi ?
– Mais tu trouves pas que c’est pas crédible de changer de boîte aussi souvent ? enfin… les recruteurs n’aiment pas ça… tu passes pour quelqu’un de pas sérieux.
– T’arrêtes parce que tu as été débauchée ?

Et peut-être qu’il a aussi été écrit pour que je rende compte que je l’ai enfin prise cette put*** de décision et que ça y est, je saute le pas, comme une gamine sur un plongeoir de 3 mètres qui pense qu’il y en a 10 entre elle et la piscine.

Je finirais par une citation d’un bouquin que je viens d’acheter :

 » Il me faut cependant prendre conscience que le résultat de mes actes ne m’appartient pas totalement et ainsi « lâcher prise » pour accepter le tour que prend le destin. Cela n’est en rien du fatalisme ou une sorte de résignation, c’est simplement la prise de conscience que je ne peux tout maîtriser. De cette démarche naît une paix intérieure qui allège incroyablement l’âme. Mektoub ! « 

Extrait de « Le monde en stop » de Ludovic Hubler

Pot de départgiphy-downsized

Enfin pour fini, je vais un petit pot de départ ce jeudi à 19h au Comptoir d’Eugène ! Donc si t’es dans le coin et que t’as envie de festoyer, tu sais où aller !

You Might Also Like

4 Comments

  • My sweet cactus 9 mai 2017 at 11 h 55 min

    Bravo à toi pour cette décision pas si simple (déjà parce qu’elle est risquée mais aussi parce que les autres, ces fameux autres, te disent de ne pas le faire). C’est très courageux ! Et je oense exactement comme toi : impossible pour moi de travailler pour quelqu’un plus tard. J’ai déjà essayé, c’est enrichissant mais c’est pas du tout ce dans quoi je pourrai m’épanouir !
    Pleins de succès pour la suite, tu peux largement le faire !

    Léa-Marie de http://www.mysweetcactus.com

    • Emanouela 9 mai 2017 at 13 h 32 min

      Merci beaucoup pour ce commentaire qui me fait chaud au coeur 🙂
      Vive l’indépendance et les entrepreneurs !
      Et au plaisir pour un café 😉

  • Floriane 9 mai 2017 at 12 h 09 min

    Félicitations ! Ça ne doit vraiment pas être facile de prendre ce genre de décision, on ne peut que te féliciter et te souhaiter bonne chance pour l’avenir !
    Concernant ton roadtrip, tu ne regretteras pas le Canada, en tout cas Montréal et Québec. J’en reviens d’il y a tout juste un mois, c’était fantastique. Si tu cherches des adresses de bar ou de restaurant, n’hésite pas je pourrais t’envoyer ça ! 🙂

    • Emanouela 9 mai 2017 at 13 h 33 min

      Non ce n’était clairement pas facile… il y a eu pas mal de semaines de réflexion, mais je suis sûre d’avoir pris la bonne décision ! 🙂
      Si tu as de bons plans ou des MUST SEE n’hésite pas à me donner tes tips 🙂
      Je les prendrais avec plaisir !

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.