L’heure du bilan : 6 mois plus tard…

8 novembre 2017

Il y a six mois, je vous annonçais que je quittais mon emploi pour une nouvelle aventure : celle d’être complètement à son compte. Voici le bilan…

Quand j’ai posté mon article pour vous faire part de ma décision, j’ai reçu beaucoup de messages de gens qui disaient qu’ils trouvaient ça génial, qu’ils rêveraient de le faire aussi, qu’ils voulaient avoir le même courage que moi. Ca m’a fait tout drôle parce que je me suis toujours dit ça quand je voyais des contacts ou des amis réaliser ce rêve, je me disais toujours que ce n’était pas pour moi, que je n’étais pas prête.

Puis dix ans d’expériences professionnelles diverses sont passés, dix ans d’évolution, dix ans de rencontres, dix ans de formations, dix ans de questionnements, dix ans de chemins parcourus.

Puis je me suis dit qu’au bout de dix ans, c’était une bonne idée que d’enfin sauter le pas.

Tu as été licenciée Emmy ? 

Par ailleurs, je tiens à éclaircir un détail qui m’a fâchée suite à mon départ…

Strasbourg est petit, les gens parlent, et le téléphone arabe occupe largement le passe temps de certains qui se reconnaîtront.

Pour votre information, je n’ai pas été licenciée, malgré les rumeurs malsaines et puériles qui courent. J’ai choisi de quitter mon emploi parce qu’il ne me plaisait plus, je ne m’y épanouissait plus depuis un moment, et il ne collait pas avec mes valeurs et ma façon d’entreprendre.

Parallèlement, je n’avais plus le temps pour mes projets personnels tels que le vide dressing, Stras’Miam, ou encore Les Grandes Girls. Et tous ceux qui me connaissent savent que sans ça, je ne peux pas être complètement au top de ma forme.

Six mois plus tard…

Comme je l’ai partagé à mes amis qui me demandaient des nouvelles, je ne sais pas trop comment imager ça, mais je crois que je n’ai jamais été aussi heureuse et épanouie depuis que je suis à mon compte. Je ressens au plus profond de moi une boule de joie, comme quand on est dans un manège et qu’on descend la pente, vous voyez ? Ben c’est comme ça tout le temps.

Je disais même avant hier à un ami proche que pour la première fois de ma vie, je me sens accomplie, je suis fière de mon parcours et – sur la pyramide de Maslow – je suis en train de m’approcher de la pointe : le besoin d’accomplissement de soi.

J’ai réalisé un rêve : celui de me faire confiance et de me lever tous les matins en ayant le sourire.

Rien que pour ça, ça en valait le coup.

Comment ça se passe au quotidien ? 

Alors ce n’est pas forcément évident tous les jours.

La première étape est l’organisation.

Il faut trouver un cadre de travail, être rigoureux, être organisé dans ses tâches, ses papiers, et ses missions. Etant donné qu’on est sorti de l’encadrement professionnel, on doit tout faire soi-même. 

  • On est commercial : on se promeut pour avoir des clients.
  • On est gestionnaire de clientèle : on fidélise, on entretient le contact.
  • On est une agence de comm : on doit avoir tous les outils pour se vendre, pour se mettre en avant.
  • On est comptable : il faut bien gérer ses comptes et tenir ses dossiers à jour.
  • On fait des RP : coucou les afterwork, les food dating, les conférences, les soirées, etc.
  • On est graphiste : il faut bien faire des cartes de visite, des brochures, etc.
  • On devient développeur : on crée et on gère son site internet.

Bref, on est polyvalent et c’est de cette manière qu’on grandit encore plus vite. C’est très intéressant de rentrer dans ce corps d’entrepreneur, de découvrir tous ces métiers parallèles sans lesquels une entreprise ne peut pas fonctionner.

Mais attends, tu es inscrite chez Pôle Emploi aussi ? 

Oui voilà (la meuf se pose elle-même des questions dans son article… normal).

Voilà comment ça se passe, on m’a beaucoup posé la question alors je vous y réponds pour que vous puissiez vous organiser si vous aussi vous réfléchissez à vous mettre à votre compte.

Lorsqu’on fait une rupture conventionnelle, on va chez Pôle Emploi et on demande à percevoir des allocations chômage. Après 10 ans de bons et loyaux services professionnels, on m’a annoncé que j’y avais droit pour une durée de 700 jours et des brouettes. Super !

Puis s’est posée la question des revenus en free-lance. 

Il se trouve que si tu es inscris en tant qu’auto entrepreneur depuis deux ans à partir du jour où tu t’inscris en tant que demandeur d’emploi, alors tu as le droit, sur présentation de tes déclarations URSSAF, de cumuler les deux. Oui, tu as bien lu, cumuler les deux revenus (Pôle Emploi + chiffre d’affaire en tant qu’auto entrepreneur).

Cependant, si tu t’inscris chez Pôle Emploi avant même d’être inscrit en tant qu’auto entrepreneur, tu toucheras les allocations mais elles seront impactées par ton CA.

En gros, si tes allocations sont de 1200 euros et que tu réalises un CA de 800 euros bruts (nets c’est moins les 25% que tu donnes à ton Etat chéri……), le Pôle Emploi ne te versera que 400 euros.

En soit, ce n’est pas grave, il faut juste s’organiser et se préparer à ça.

Mais du coup, tu fais quoi aujourd’hui ? 

Je crois que c’est la question que j’entends le plus !!!! 

Mention spéciale à Frédéric Cronenberger qui, depuis que j’ai quitté Novembre en 2011 – me la pose à chaque fois qu’on se voit…

Alors aujourd’hui, en toute honnêteté, JE KIFFE MA VIE.

Tout simplement ! Je bosse ENFIN pour des clients qui ont les mêmes valeurs que moi et je continue à développer mes projets. Voici mes différentes missions pour que vous soyez bien au courant de « comment je remplis ma vie » :

  • EVSD : professionnalisation des vide dressing géants à Strasbourg (Mulhouse et Colmar à venir en 2018)
  • Stras’Miam : développement du blog + ouverture de Bordo’Miam à Bordeaux et Col’Miam à Colmar (Mulhouse à venir en 2018)
  • Les Grandes Girls : chroniqueuse radio dans cette émission 100% girl power aux cotés de Caroline Levy et Kathia Martin
  • Relations presse : organisation de soirées et partenariats marque / blogueurs
  • Communication culinaire : accompagnement stratégique de restaurants et autres métiers de la bouche (exemples : soirée inauguration La Cabane, 10 ans de la Corde à Linge)
  • Food Dating : lancement du concept de réseautage gourmand sur la base d’un rendez-vous par mois (le prochain aura lieu au Terroir & Co le 28/11)

Le mot de la fin ? 

Je ne sais pas comment sera perçu cet article, est-ce que j’ai l’air prétentieuse ? est-ce que j’ai l’air de me justifier ? Aucune idée.
Tout ce que je sais c’est que j’ai eu envie de réaliser un rêve, le rêve d’entreprendre tous les jours. 

Et si vous avez envie de vous lancer aussi, réfléchissez, organisez-vous, mais surtout, ne perdez plus de temps.

Belle journée à tous ! 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply