L’amour 2.0

22 avril 2015
L'amour 2.0

Avant d’être blogueuse, je me demandais souvent si les relations entre blogueurs étaient superficielles, mauvaises, ou mieux : amicales. Constat.

Je suis blogueuse depuis déjà quelques années, sur plusieurs sujets (principalement la restauration et la mode). J’ai mon propre site Internet sur lequel je parle de mes diverses activités, mais c’est plutôt un « cv des temps modernes« .

Strasbourg est petit (Internet aussi) et on est rapidement amenés à rencontrer ses confrères. Oui ses confrères. Je ne vois pas d’intérêt à créer des guerres, des clivages virtuels entre « personnes ayant les mêmes centres d’intérêts« . C’est un peu comme quand on pratique un sport collectif. On avance ensemble, on se donne des coups de main. Chacun a sa spécialité, son talent d’écriture, sa manière de traiter les sujets. 

Mais voilà. Aujourd’hui, une majeure partie des blogueurs (strasbourgeois ou non d’ailleurs) se tirent dans les pattes, s’envoient des e-attaques, se fusillent du regard lorsqu’ils se rencontrent à la même soirée, voire pire, crachent sur le dos des autres.

Pourquoi ? 

Je ne pense pas faire partie du monde des bisounours, mais je suis plutôt d’un avis contraire. Je fréquente beaucoup de blogueurs qui rédigent des articles ou des critiques dans les mêmes domaines que moi, avec qui je me plais à échanger, à raconter, et à partager de bons plans. Dans cette « nouvelle société de collaboration et de co-working« , il est essentiel de se tourner vers l’autre et d’avancer ensemble. L’individualisme, la course à la première place, et l’égocentrisme sont des critères qui ne pourront qu’amener à la chute, la méchanceté, et l’enfermement.
Il n’existe pas de « meilleur« . Ce que vous faites aujourd’hui a déjà été fait ailleurs. Probablement avant. Différemment. Il y a trop d’offres pour que l’on puisse élire un « meilleur blog« . En quoi serait-il meilleur qu’un autre ?

Les blogueurs sont des médias. Chaque marque choisit de collaborer avec eux en fonction de leur style, de leur écriture, de leur notoriété, et d’autres critères propres à chacun.
Il faut en faire une force collective, et pas une course individuelle.

Pour ma part, je suis ravie de pouvoir collaborer avec des blogs, d’échanger, de partager des expériences et des moments ensemble.

Si nous souhaitons nous ouvrir au monde en postant nos articles, commençons déjà par nous ouvrir à ceux qui font la même chose, avec qui nous pourrons donner encore plus.

A défaut de faire un peu « secte« , cet article a pour unique vocation de vous partager mon aperçu de la relation entre blogueurs.
Je n’ai pas de querelles de mon côté, personne qui puisse jalouser mon travail car j’ai fait de on blog un condensé de ma carrière professionnelle, où je parle de tous mes projets sur divers points qui ne tiennent qu’à moi et qui ne peuvent être apparentés à une autre personne.
Je remarque juste que ces animosités sont inutiles et qu’il faut avancer dans le sens du futur : vers la collaboration et le partage.

Amen.

Photo : StrasMiam & Papillons Dans la Bouche aux 5 ans de l’agence de RP Comme LM

You Might Also Like