Je surconsomme, tu surconsommes, on fait de la merde.

2 septembre 2018

Celles et ceux qui me suivent depuis longtemps savent que je suis plutôt du genre à donner une seconde vie aux vêtements, à aller en friperie, à acheter de nouvelles sapes souvent (sans compter celles que les marques m’envoient). 

Puis, le temps du départ approchant à grands pas… je me suis rendue compte en commençant à faire le tri que J’AI TROP DE VETEMENTS. Oui, Emile me le dit souvent. Et OUI, le matin je me lève et je dis « putain j’ai rien à me mettre ». Maladie du XXIème siècle ? 

Je me suis dit que j’allais essayer de tout bazarder avant le grand départ parce qu’il a fallu faire des choix : prendre juste ce qu’il me faut et ce dans quoi je suis « confort » parce que je ne pourrais pas tout emmener. 

Et là, moi qui pensait avoir juste un sac… je me suis retrouvée avec de quoi remplir une boutique. Oui, une boutique. 

C’est insensé. 

Les faits sont là. Si vous êtes sur les réseaux sociaux, que vous le vouliez ou non, vous tombez toujours sur des post sponsorisés d’influenceuses mode qui vous vendent les dernières collections de marques vestimentaires, les dernières soldes de la saison, les ventes privées inédites, le Black Friday (où la majorité des achats sont des vêtements), le dernier must have pour être une « it girl » (enfin ça fonctionne aussi pour les mecs). Bref, on est constamment sous le contrôle des marques, sur internet mais aussi dans les rues (sauf si tu habites un village EDGE en pleines Vosges). 

Fabriquer un jean nécessite 8000 litres d’eau, soit en moyenne 133 douches.

On consomme, on sur consomme. On achète. Pas parce qu’on en a besoin, mais parce que #trucmachin le porte dans tous ces outfis, c’est un #musthave . Et on entasse, on range dans des cartons, on continue à acheter.
C’est ce qu’on appelle la « fast fashion » et que Green Peace dénonce comme étant une des principales sources de déchets, pollutions, et gaz à effet de serre. Le concept ? On achète et on jette. On jette bien trop par rapport aux capacités de notre planète terre. Selon une enquête McKinsey, une personne achèterait aujourd’hui 60% de vêtements de plus qu’il y a 15 ans et garderait chaque pièce moins de deux ans… ça a de quoi faire froid dans le dos !

Je vous invite à aller faire un petit tour par >> ici << pour découvrir une illustration by Loom très réaliste et très bien faite sur l’impact de la fast fashion et de la sur consommation de vêtements dans le monde.

Quelles alternatives pour limiter le gaspillage ?

Elles sont bien plus nombreuses que ce que l’on s’imagine ! Non, je ne vous dis pas de jeter votre télé ou de vous crever un oeil à chaque fois que vous voyez passer une publicité Sarenza.

A l’heure où Internet fait presque partie de notre ADN, je vous propose ici plusieurs solutions pour apprendre à consommer moins, à recycler ses vêtements, et à être plus éco responsable :

 SUR INTERNET

  • Vinted: application de revente de vêtements avec possibilité d’envoi via Mondial Relay, donc en recyclant vos cartons et emballages stockés à la maison (sans aucun frais) / mon profil est par ici
  • Vide dressing collaboratif: mettez vos vêtements en location et louez vous-mêmes une pièce pour 10% à 15% du prix d’achat du vêtement (allez checker le site Dressing Avenue) // par exemple, vous pouvez louer une robe Chanel à 39 euros
  • La box de vêtements: chez Tale Me, par exemple, vous pouvez louer des vêtements (à partir de 19 euros par mois) et avoir de nouvelles tenues sans accumuler

DO IT YOURSELF

  • Apprenez à coudre: moi ça m’arrive souvent, je coupe, je couds, je colle des patchs, bref, je redonne une seconde vie à mes vêtements sans les jeter et je les porte encore plus qu’avant // retrouvez ici 15 astuces pour recycler vos vêtements
  • Le troc entre copines: rassemblez vos amies autour d’un petit apéro (comme on aime), ramenez vos vêtements que vous ne portez pas/plus, dites à vos amies de faire pareil et repartez avec de nouvelles perles !

DANS LA VRAIE VIE

  • Vide Dressing(minute auto promo) : clairement, c’est une des façons les plus agréables de revendre ses vêtements (sans lorgner sur ceux des autres vendeuses) tout en rencontrant de nouvelles personnes // les prochains EVSD auront lieu les 8/9 septembre au Graffalgar(Strasbourg) et le 15 septembre à Colmar
  • La friperie: moi c’est ma passion ! J’adore chiner et surtout trouver des perles uniques ! C’est garanti petits prix et recyclage à 100% / à Strasbourg : Le Léopardet Froc’n’roll
  • Consommation plus responsable: regardez les étiquettes et n’achetez que des vêtements certifiés comme équitables

  • Le don: on ne le dira jamais assez, tellement de gens sont dans le besoin… que vous pouvez faire une sélection et donner à plusieurs associations comme SOS Femmes SolidaritéEmmaüsLe RelaisAssociation Espoir, etc.

Voilààààà !

crédit photo Mr Mondialisation

Si avec tout ça vous n’arrivez pas à faire du tri et à consommer moins… c’est que vous n’avez pas de volonté ! haha

Je me sens très concernée par cette consommation car je suis moi-même une vraie victime des publicités et des marques. J’écris tout ça, mais la semaine dernière j’ai quand même craqué et j’ai acheté un ensemble pour un mariage. Je ne l’ai finalement pas porté. Il est sans le sachet et attend d’être ramené en boutique. C’est nul. Mais je pense qu’on doit vraiment se mobiliser et se poser les bonnes questions : ai-je vraiment besoin de tout ça ?

Sur ce, profitez bien de votre dimanche soir 🙂 et si le sujet vous a plu, je vous poste quelques liens de vidéos à regarder pour vous cultiver un peu plus 🙂

Tout compte fait : Mode / La face cachée des petits prix 

Les Grands reportages : Les dessous du géant H&M

Pour les autres, je vous invite à aller faire le tri dans votre placard dès maintenant et à décider quelle méthode vous allez appliquer cette semaine pour sauver la planète (et votre porte monnaie) ! haha

BON DIMANCHE, BISOUS, LOVE 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.